Roman – Ulysse From Bagdad, Eric Emmanuel Schmitt

ulysse from bagdad

Je sais que vous savez que j’aime beaucoup Eric-Emmanuel Schmitt. Et je voudrais pas vous forcer la main, mais vous devriez aussi. Alors, je viens vous parler aujourd’hui d’Ulysse from Bagdad petit roman terriblement d’actualité.

L’auteur :

Eric-Emmanuel Schmitt est né le 28 mars 1960 à Sainte-Foy-Lès-Lyon (en Rhône-Alpes). Il a été naturalisé belges en 2008. Il écrit des romans, des nouvelles, des pièces de théâtres, des essais … Et il fait parti de l’académie Goncourt depuis cette année.

L’oeuvre :

Saad Saad est Irakien, et comme la plupart des Irakiens, il « survit » au système dictatorial de Sadam Hussein. Il fait des études de droits, tombe amoureux et, comme si la dictature ne suffisait pas, les américains viennent faire un embargo censé offrir la paix, mais qui débouche malheureusement sur une guerre civile … Saad se retrouve obligé de subvenir au besoin de sa famille et doit pour se faire tenter le rêve de l’exil…

Bilan :

Eric Emmanuel Schmitt se pose irrémédiablement dans mes auteurs préférés, avec une plume toujours juste et fluide, et cette capacité à nous parler de sujet grave avec un point de vue très réaliste. En effet, il est parfois difficile de faire la part entre la fiction et le réel.

C’est une ode à l’humanité, un pamphlet de l’indifférence, une leçon sur le vivre ensemble qui porte quand même (à mon sens) un jugement social très marqué. Et même si nous n’avons rien à nous reprocher individuellement (bien sûr c’est subjectif), ça fait réfléchir de se mettre un peu à la place de l’autre.

Bref, je recommande encore et encore. Et même plus en ces moments de guerre contre l’immigration.

Citation :

« Au terme de ce voyage, au début d’un nouveau, j’écris ces pages pour me disculper. Né quelque part où il ne faudrait pas, j’ai voulu en partir; réclament le statut de réfugié, j’ai dégringolé d’identité en identité, migrant, mendiant, illégal, sans-papiers, sans-droit, sans travail, le seul vocable qui me définit désormais est clandestin. Parasite m’épargnerait. Profiteur aussi. Escroc encore plus. Non clandestin. Je n’appartiens à aucune nation, ni au pays que j’ai fui, ni au pays que je désire rejoindre, encore moins au pays que je traverse. Clandestin. Juste clandestin. Bienvenu nulle part. Étranger partout. »

« Regarde-les bien et écoute-les fils, qu’au moins tu sois dégouté. La déchéance, on la repère chez les autres, pas chez soi; elle n’est laide qu’affichée sur la figure d’autrui. La drogue, si on l’expérimentait sur ses proches, on n’en prendrait jamais. »

« Le passé n’est pas un pays qu’on laisse facilement derrière soi. »

« L’homme lutte contre la peur mais, contrairement à ce qu’on répète toujours, cette peur n’est pas celle de la mort, car la peur de la mort, tout le monde ne l’éprouve pas, certains n’ayant aucune imagination, d’autres se croyant immortels, la peur unique, celle qui conduit toutes nos pensées, c’est al peur de n’être rien. »

Bien à vous ,

La Baronite
Publicités

6 réflexions sur “Roman – Ulysse From Bagdad, Eric Emmanuel Schmitt

  1. Nina dit :

    Tout à fait d’accord avec toi ! J’avais adoré cette lecture – comme toutes celles que j’ai lu de l’auteur – et je l’avais trouvé profondément d’actualité ! Une merveille 🙂

    J'aime

Laisser un commentaire

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l'aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion / Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l'aide de votre compte Twitter. Déconnexion / Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l'aide de votre compte Facebook. Déconnexion / Changer )

Photo Google+

Vous commentez à l'aide de votre compte Google+. Déconnexion / Changer )

Connexion à %s