Roman – Les putes voilées n’iront jamais au Paradis, Chahdortt Djavann

les-putes-voilees-n-iront-jamais-au-paradis-768x1137

Bien sûr, le titre un peu outrageux de ce roman ne fait qu’attirer le regard. Et j’en avais entendu parler évidemment, mais je dois dire que la curiosité d’en savoir un peu plus sur le contenu m’a poussé à me jeter sur ce livre. Et c’est bien fait !

Attention âmes sensibles s’abstenir…

L’auteur

Chahdortt Djavann est née en 1967 en Iran, elle vit à Paris depuis 1993 où elle a étudié l’anthropologie. Elle est romancière et essayiste en langue française (qu’elle a apprise toute seule et qui est accessoirement sa septième langue maitrisée).

L’oeuvre

Chahdortt dresse le portrait de prostituées iraniennes assassinées en 2014. En parallèle, nous suivons le destin de deux fillettes amies dont le seul péché est d’être belles. Un véritable récit mêlant le fictif et le réel avec une frontière très ténue…

Il est vraiment difficile d’en dire plus, sans spoiler un peu le roman, mais en bref ça paraît tellement réel que parfois ça donne envie de vomir (et oui amis de la poésie c’est par là)

Bilan

Une lecture difficile car on est plongé dans des faits très durs. Pourtant, la condition de ses femmes, comme toutes celles de l’Iran ne peut nous laisser indifférents.

J’ai beaucoup aimé ce roman qui nous amène une vision humaines de celles qui ne sont pas considérées comme tel. Et j’avoue que je n’ai pas vraiment réussi à faire la part des choses entre ce qui est vrai et ce qui ne l’est pas.

Une chose est sûre, nous n’avons vraiment pas  à nous plaindre et nous devrions même tous nous battre pour l’égalité homme/femme partout dans le monde (oui je sais ça donne des élans héroïques)

Citations

« Vous savez, dans notre culture, dans notre religions, comme d’ailleurs dans toutes les religions, on nous inculque que le corps est sale, dégradant. Impur. On nous inculque que le corps est pêcheur, surtout celui des femmes. Qu’avoir un corps de femme est en soi une honte »

 » La chance est une denrée rare et il faut apprendre à s’en passer. L’immense majorité de l’humanité n’en a pas une once »

« Sigheh est le terme à la fois juridique et populaire dans l’islam chiite pour ce qu’on peut appeler mariage temporaire. Selon l’article 1075 du code civil de la charia iranienne, un homme marié, outre ses quatre femmes officielles, peut contracter autant de sigheh simultanés qu’il le désire. Deux… dix… vingt… quarante. Sans limite. Excusez du peu. Très pratiqué en Iran depuis d’instauration du régime islamique, le sigheh est une sorte de CDD sexuel »

 » Vous voulez connaître une société ? Faites parler ses prostituées ! Vous découvrez tout sur les gens, sur leur culture,leurs coutumes, leurs préjugés, leurs croyances, sur les violences sociales, sur le commerce, la politique et même sur le système judiciaire… Parmi les clients des putes, y a des hommes de tout rang et de tout milieu »

Bien à vous,

La Baronite

 

Publicités

Laisser un commentaire

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l'aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion / Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l'aide de votre compte Twitter. Déconnexion / Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l'aide de votre compte Facebook. Déconnexion / Changer )

Photo Google+

Vous commentez à l'aide de votre compte Google+. Déconnexion / Changer )

Connexion à %s