Le pays que j’aime – Catarina Bonvicini

le-pays-que-jaime
Coucou mes loutres,
Je ne suis pas du tout régulière en ce moment et je m’en excuse, j’essaye de partager avec vous un maximum via instagram parce que je n’ai le temps de rien… J’espère que vous ne m’en voulez pas trop et je vous promet de tout mettre en oeuvre pour trouver au plus vite du temps pour le blog dans la nouvelle organisation qui s’impose à moi…
Je reviens aujourd’hui avec un petit roman de la rentrée littéraire que j’ai découvert par hasard et que j’ai beaucoup aimé.

Informations

Titre : Le pays que j’aime
Auteur : Catarina Bonvicini
Langue d’origine: Italien
Première édition : sept. 2016
Maison d’édition : Gallimard – Du monde entier

L’histoire

Valerio et Olivia grandissent ensemble dans la magnifique villa de la famille Morganti, à Bologne : Olivia est l’héritière des Morganti, de riches entrepreneurs du bâtiment, et Valerio est le fils du jardinier. Après avoir partagé une enfance de rêve, ils ne cessent de se séparer, de se retrouver, puis de se perdre de nouveau. Valerio suit d’abord sa mère à Rome quand celle-ci quitte son père. Plus tard, alors qu’ils sont étudiants, c’est Olivia qui part à Paris pour échapper aux disputes de son clan. Chacun d’eux est animé de forces centrifuges qui les empêchent de poursuivre leur relation, aussi sincère que burlesque. Valerio est ambitieux et poursuit le rêve de devenir magistrat, Olivia, elle, tente désespérément de trouver son chemin. Autour d’eux, c’est toute l’Italie berlusconienne qui tangue comme un bateau ivre et avance inexorablement vers un naufrage tragicomique.
Le pays que j’aime parcourt l’histoire italienne récente, de 1975 à 2013, à travers le destin d’un couple, d’une famille et de toute une société. Les répliques fusent dans cette cruelle comédie à l’italienne, menée tambour battant grâce au talent de Caterina Bonvicini.

Mon opinion

L’histoire est plutôt simple, Olivia et Valerio s’aime depuis toujours, pourtant, il n’y arrive pas et ils rencontrent des embuches qui les empêchent de vivre ensemble. Mais leurs histoires sont liées et ils se croisent, s’aiment et se séparent un bon nombre de fois.
J’ai beaucoup aimé cette histoire douce qui parle de nos amours d’enfance, mais aussi de ‘amour de sa vie à coté duquel on passe peut-être, sans trop y prendre garde… On suit l’évolution des personnages, de l’enfance à l’âge adulte, avec une douceur qui s’oppose parfois à la violence des faits racontés. On s’attache, on les déteste aussi, on a envie de leur parler pour leur donner notre avis.
J’ai trouvé ce roman particulièrement bien écrit et l’univers tout entier d’une Italie qu’on connait, par le biais des médias, dans ses scandales et ses affaires « mafieuses ». C’est exactement ce dont j’avais besoin et je suis contente d’avoir choisi ce livre, par hasard, sur les étagères de la librairie.

Bonnes lectures,

La Baronite
Publicités

6 réflexions sur “Le pays que j’aime – Catarina Bonvicini

Laisser un commentaire

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l'aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion / Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l'aide de votre compte Twitter. Déconnexion / Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l'aide de votre compte Facebook. Déconnexion / Changer )

Photo Google+

Vous commentez à l'aide de votre compte Google+. Déconnexion / Changer )

Connexion à %s