Roman – Le silence de mon père, Doan Bui

le-silence-de-mon-pere

Coucou mes loutres,

Je suis plus très présente ici, je m’en excuse, entre les cours, la librairie, les fêtes de noël, une grosse panne de lecture et tout le reste, je n’ai pas eu trop de temps à vous consacrer… Mais en ce début d’année, je prend un peu de temps pour vous parler de ma dernière lecture : Le silence de mon père de Doan Bui. Un roman autobiographique qui parle des secret de famille et qui en parle bien ! Je vous invite même à le lire si le coeur vous en dit 🙂

Informations

Titre : Le silence de mon père

Auteur : Doan Bui

Langue d’origine : Français

Maison d’édition : L’iconoclaste

Première édition : Mars 2016

Résumé de l’éditeur

« Je ne sais pas qui est mon père. Je suis face à un reflet qui danse et tremble sur l’eau. Je tente de le capturer, je plonge la main, mais il se dérobe comme les bribes d’un rêve au matin. Il est pourtant là, si près. Insaisissable. Mon père, cet inconnu. »
C’est l’histoire d’un père enfermé dans le silence. De sa fille qui part à la recherche de l homme qu’il fut. C’est une enquête intime menée comme un polar, un voyage dans les secrets de famille, les exils et la mémoire, de la banlieue du Mans aux ruelles de Hanoi. Un récit, un roman-quête en forme de puzzle, drôle et nostalgique à la fois.

Mon opinion

J’ai trouvé ce roman à la fois touchant et en même temps complètement sincère. Sans jamais tombé dans le mélodramatique Doan Bui, qui prend son histoire familiale comme on mène une enquête (ce qu’elle fait déjà dans son métier de journaliste), nous emporte avec elle dans la recherche de ses secrets paternels. Ceux-ci sont surprenants, et on ne s’y attend pas forcément.

J’ai beaucoup aimé découvrir le monde de ses vietnamiens, immigrés il n’y a pas si longtemps que ça. Ces familles qui s’oublient pour devenir françaises. J’ai aimé apprendre des choses sur la culture mais aussi sur l’histoire que je ne connaissais pas tant que ça.

Bref, j’ai aimé ce livre, sans pouvoir vous en dire plus pour ne pas vous gâcher la surprise de se roman intimiste comme savent faire les asiatiques, avec pudeur et poésie.

Citations

Comprendre et ne pouvoir répondre, et sentir les mots jadis si dociles et si apprivoisés s’envoler au moindre essai d’entretien comme des essaims d’oiseaux farouches!

Et tout est devenu moche autour de moi. Les couleurs étaient plus violentes,les contours plus acérés. J’aurais voulu rester dans ma bulle de myope, dans le nuage doux et flou auquel j’étais habituée.

J’ai toujours vu mon père comme une ombre, un satellite gravitant derrière l’astre de la maison, ma mère.

On ne se répare jamais d’un deuil, chacun bricole comme il peut. Pour moi, enquêter, raconter, c’était aussi une façon de survivre.

Au Vietnam, on appelle les métis les « poussières de vie ».

Bonne lecture, et bonne année 2017 !

La Baronite
Publicités

4 réflexions sur “Roman – Le silence de mon père, Doan Bui

  1. anaverbania dit :

    Je me méfie parfois de ces romans de famille, qui explorent le passé, les secrets, les non-dits… j’en ai lu plusieurs et souvent je trouve qu’il y a des longueurs… mais là, comme tu nous en dis beaucoup de bien, alors pourquoi pas…

    J'aime

Laisser un commentaire

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l'aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion / Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l'aide de votre compte Twitter. Déconnexion / Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l'aide de votre compte Facebook. Déconnexion / Changer )

Photo Google+

Vous commentez à l'aide de votre compte Google+. Déconnexion / Changer )

Connexion à %s