Roman – Nos richesses, Kaouther Adimi

137380_couverture_Hres_0

Coucou les petits chats !

Je viens aujourd’hui avec le premier article de la rentrée littéraires de 2017, que de bonnes surprises et de bons romans à découvrir… La promesse d’une rentrée riche et de qualité cette année. Mais, comme il faut bien commencer un jour, je vous parle aujourd’hui de Nos richesses de Kaouther Adimi. Un moment d’histoire et de littérature.

Résumé éditeur :

En 1935, Edmond Charlot a vingt ans et il rentre à Alger avec une seule idée en tête, prendre exemple sur Adrienne Monnier et sa librairie parisienne. Charlot le sait, sa vocation est d’accoucher, de choisir de jeunes écrivains de la Méditerranée, sans distinction de langue ou de religion. Placée sous l’égide de Giono, sa minuscule librairie est baptisée Les Vraies Richesses. Et pour inaugurer son catalogue, il publie le premier texte d’un inconnu : Albert Camus. Charlot exulte, ignorant encore que vouer sa vie aux livres, c’est aussi la sacrifier aux aléas de l’infortune. Et à ceux de l’Histoire. Car la révolte gronde en Algérie en cette veille de Seconde Guerre mondiale.

En 2017, Ryad a le même âge que Charlot à ses débuts. Mais lui n’éprouve qu’indifférence pour la littérature. Étudiant à Paris, il est de passage à Alger avec la charge de repeindre une librairie poussiéreuse, où les livres céderont bientôt la place à des beignets. Pourtant, vider ces lieux se révèle étrangement compliqué par la surveillance du vieil Abdallah, le gardien du temple.

Mon avis :

J’ai mis un peu de temps à savoir si j’aimais ou non ce roman. J’ai pris du plaisir à la lecture mais certains passages (surtout ceux du carnet d’Edmond) passe trop vite et j’aurais aimé avoir plus de détails sur le coup. En fait, j’ai apprécié plus tard cette parcimonie.

J’ai aimé découvrir le monde littéraire des années 30, 40, 50… Les problématiques éditoriales post seconde guerre mondiale, les revendications Algériennes qui sont un sujet qui me questionne beaucoup en ce moment. J’ai aimé découvrir avec justesse des auteurs que l’on considère aujourd’hui comme classique : Camus, Giono, Roblès, Roy… J’ai aimé découvrir le personnage fantastique d’Edmond Charlot…

Bref, j’ai apprécié ce livre, j’ai vraiment eu l’impression d’en ressortir encore plus curieuse qu’avant et il m’a donné envie de me replonger dans une littérature sur laquelle j’ai fait l’impasse depuis longtemps.

Je recommande cette lecture fluide et rapide, pleine d’histoires et de personnages oubliés. Un bon moment en perspective !

Bonne lecture,

La Baronite

Publicités

Laisser un commentaire

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l'aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion / Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l'aide de votre compte Twitter. Déconnexion / Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l'aide de votre compte Facebook. Déconnexion / Changer )

Photo Google+

Vous commentez à l'aide de votre compte Google+. Déconnexion / Changer )

Connexion à %s